Le coin des livres


L'essence d'un sens

"Je ne savais vraiment pas si je respirais de la musique ou si j'entendais des parfums ou si je dormais dans les étoiles." Maupassant. Nez, odeurs, parfums. Une affaire d'émotions, de quotidien, de mémoire. Un continent vierge discrètement exploré par la littérature, la philosophie, les sciences humaines, exactes ou médicales, l'art parfois. Mais écrasé par la prééminence des images et des sons. Un cinquième sens oublié, malmené, jugé souvent comme trop trivial, flou, insaisissable. Odeurs de craie, de confitures, d'argent, de saints, de l'autre... cet ouvrage est une invite à humer, en compagnie de scientifiques, sociologues, écrivains et parfumeurs, tous les espaces de notre vie quotidienne et de nos vies passées.

 

Commentaire de Gilles : Ce collectif apporte une mine d'informations sur l'odorat. Les auteurs de disciplines différentes offrent un véritable kaléïdoscope de ce sens si mystérieux.


Les Cakras

Véritables «noeuds ferroviaires» du corps humain, les çakras, - dont sept sont d'importance majeure - sont au coeur le plus profond de notre santé. Directement issue du Laya Yoga, la connaissance des çakras est fondamentale dans le processus initiatique. Plus le niveau de conscience est grand, plus...

 

Commentaire de Gilles : Une référence de précisions sur le sujet. Clair et bien construit.


L'homme qui entend les parfums

Chercheur original, brillant, opiniâtre, Luca Turin s'intéresse depuis plus de vingt ans à l'un des grands mystères de la biologie : comment fonctionne l'odorat, comment se fait-il que nous sachions distinguer des dizaines de milliers de molécules ? Tout part d'une extraordinaire idée proposée à la fin des années 1920, discréditée puis tombée dans l'oubli ce que nous sentons n'est pas la forme des molécules mais leur vibration. Reste à convaincre les scientifiques et les industriels. Mais les odeurs, c'est surtout une obsession ancienne pour Luca Turin : il les connaît toutes par cœur. Au fur et à mesure qu'il grandit, il apprend à connaître les œuvres classiques Shalimar, Chanel N° 5... Il écrit en 1994 Parfums : le guide, qui lui ouvre la porte du monde des parfumeurs. Et les enjeux sont de taille. Luca Turin doit composer avec le monde brutal et compétitif du marketing des odeurs. Le récit nous entraîne ainsi dans les laboratoires fascinants où l'on cuisine les jus, où des spectroscopes mesurent la musique des molécules. Ce sont aussi des lieux et des personnages hauts en couleur, comme dans les salons de Serge Lutens au Palais-Royal à Paris, sans oublier la boutique de madame Pillaud à Menton et la mystérieuse maladie olfactive de Mrs Rippard que Turin doit guérir... Il y sera aussi question de la couleur des odeurs, de leur mélodie, d'harmonies secrètes. Chandler Burr opère un détournement drôle et poétique des mythes qui entourent le monde des parfums et fait de la science une affaire sensorielle dans un style et une atmosphère infiniment

romanesques.

Commentaire de Gilles : Il présente une théorie vibrationnelle du mécanisme primaire de l’odorat. Il ouvre donc la porte sur des interactions inattendues, toutes placées sous le signe des vibrations.

 Même si la chimie des odeurs n'est pas votre tasse de thé vous vous surprendrez à comprendre de quoi il retourne. Intéressant aussi de voir comment notre système "scientifique" entérine les découvertes.


La voie du magicien

Dans la forêt, Merlin instruit le jeune Arthur et lui montre comment transcender la réalité quotidienne en modifiant la perception qu'il en a...

Au fil de vingt leçons, Arthur, qui est ici notre double, apprend l'art de se libérer de toutes les limites dont s'encombre l'esprit humain, tout en décuplant ses possibilités d'épanouissement personnel. Chaque leçon s'appuie sur des exemples concrets et illustre son éveil et sa conversion progressive au monde de l'illimité peu à peu se révèle le magicien qui se trouve en lui -en chacun de nous. Cette quête initiatique lui permettra, le jour venu, de transformer sa vie.

Sous la forme d'un dialogue entre maître et disciple, Deepak Chopra redécouvre l'enseignement de Merlin l'Enchanteur, qu'il considère comme le plus grand maître de sagesse de la civilisation occidentale.

 

Commentaire de Gilles : Une lecture facile pour ces enseignements de Merlin à Arthur et non moins profonde. 

Pour préserver la surprise de certaines histoires/situations mieux vaut le lire après avoir fait les stages "Merlin" ( 4ème et 5ème degrés). 

 


Le messie récalcitrant

" Tout dans ce livre peut être faux. " Quand, sur une verte prairie de l'Illinois, Richard - pilote de tourisme à trois dollars la balade - se pose à côté d'un Travel Air 4000, il est curieux de savoir qui tient le manche de ce vieux zinc...

Un " saltimbanque de l'air " comme lui, sans doute... Pas tout à fait. Certes, Donald est bien un pilote, mais avec ces cheveux longs, ce regard sombre et ce drôle de halo doré autour de lui, il ne ressemble pas à un professionnel. C'est vrai, dans le passé, Donald s'est découvert d'étonnants pouvoirs de guérisseur, de maître à penser à qui les foules demandaient toujours plus. Alors, le jeune homme a fui.

Son " message ", il le révélera à Richard. Non pas en doctes leçons, mais au fil d'aventures cocasses et inattendues...

 

Commentaire de Gilles : J'ai une grande tendresse pour ce livre. Ce roman initiatique par excellence offre des clés d'une façon si belle que c'est à se demander pourquoi il n'est pas au programme de nos écoles... Une jubilation à relire.

Bizarrement, il ne se trouve plus sur les sites vendeurs que d'occasion ou en collector.


De l'abandon

   

Nourri de la tradition non-dualiste du shivaïsme du Cachemire, Éric Baret renvoie inlassablement ses auditeurs à l’observation calme et patiente du ressenti de leurs émotions, à l’Écoute.

La vision déroutante mais libératrice qui en découle, que l’origine de nos peurs et de nos souffrances est imaginaire, nous mène à l’abandon de nos prétentions à toujours savoir et vouloir.

Les entretiens consignés dans ce livre sont une invitation à nous abandonner humblement à la vie, à ne faire qu’un avec la vie, à célébrer la vie.

 

Commentaire de Gilles : Des mots simples pour un vaste paradigme. 

Abandonner le désir même de l'éveil pour ne s'occuper que de "ce qui est là " tout en réalisant avec désillusion que l'on ne peut rien "faire" pour cet abandon; observer sa prétention à vouloir changer; à se croire responsable et libre de choix; sentir sa résistance ou son rire face à ces idées / attitudes... qui se digèrent et s'apprivoisent par une lecture et relecture, maintes fois remise à plat pour s'imprégner de ce qu'est la non-dualité. La présentation question / réponse permet d'ouvrir le livre n'importe où.

Magistral !

 


Tout ce qui est

" Lorsque s'effondre l'apparente identité séparée, la radieuse merveille de la présence se révèle - à personne " nous dit Tony Parsons. Avec ce nouveau recueil de dialogues, le grandiose lutin de l'advaïta contemporain a encore frappé sans aucun égard pour le conformisme spirituel. L'unicité ou l'éveil n'émerge pas à travers une acquisition mais plutôt à travers la perte de quelque chose... Le "moi" avec son encombrant fatras de certitudes et de refuges s'étiole et s'effiloche. Tony Parsons révèle au lecteur l'esquive permanente de l'éveil dont il est le théâtre. Il insiste sur le fait que c'est le "chercheur" qui est l'obstacle et qu'un lâcher prise est nécessaire. Les entretiens se déroulent d'abord au niveau d'un échange de concepts, dans le cadre duquel il est possible que des idées confuses à propos de notre nature originelle puissent être délogées par une clarté sans concession. A un autre niveau, ce qui est partagé est déjà su. La sagesse parle à la sagesse et nous reconnaissons ce que nous sommes déjà. Si vous caressez les pages de ce livre avec légèreté, vous pourriez commencer à pressentir le goût de quelque chose qui est au-delà des réponses. Déchiquetée par le souffle de l'évidence, l'idée d'une individualité autonome et souveraine part en lambeaux jusqu'à s'évanouir pour de bon, faisant place à l'évanescente fragrance de l'ultime.

 

Commentaire de Gilles :   Tony Parsons va encore plus loin que Baret; plus radical et dépouillé il n'offre point d'échapatoire à nos faux fuyants.

Ouf ! : A lire après avoir bien "digéré" Baret. 

 


Héraclite : La lumière de l'obscur

Héraclite a formulé quelque chose de proprement inouï.

L'homme du XXe siècle a besoin d'entendre son discours-tourbillon dans toute la radicalité que lui redonne la traduction de Jean Bouchart d'Orval. Héraclite est un authentique sage, c'est-à-dire un être humain qui a cessé de vivre comme un dormeur. Il s'est d'abord et avant tout donné à l'écoute désencombrée plutôt que d'essayer de se bâtir une opinion.

 

Il nous invite nous aussi à dépasser la mollesse spirituelle. Au lieu de s'exténuer dans l'affirmation et son contraire, Héraclite " fait signe ". Il renvoie l'homme à sa propre lumière, plutôt que de lui infliger un système de pensée ou un idéal et de le confiner à l'indigence spirituelle pour le reste de ses jours.

 

Les fragments sont autant d'invitations au lecteur à aller vérifier en lui-même. Le sage d’Éphèse est obscur pour qui n'est pas dans l'écoute humble, c'est-à-dire pour celui qui attend un message. En fin de compte, le " message " empêche toujours l'intelligence d'aller jusqu'au bout d'elle-même.

 

Mais dans l'humilité de celui qui ne prétend plus quoi que ce soit, une grande lumière jaillit. Toute affirmation a son contraire, mais profondément cette lumière n'affirme rien, elle est le parfum de l'unique ; la lumière de l'Obscur, " Lui qui est inexplorable et sans accès " pour la pensée qui recouvre constamment la fulguration du réel de ses constructions sujet/objet. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

 

Commentaire de Gilles : Étonnant comme cet auteur "éveillé" occidental n'a pas suscité l'élan de ses contemporains orientaux Lao-Tseu qui donna le Taoïsme et Bouddha (Bouddhisme). Les célèbres philosophes grecs postérieurs à Héraclite se sont penchés sur son oeuvre comme sur celle d'un philosophe admettant certes son hermétisme... La traduction et la compréhension de ces fragments n'est vraiment claire qu'à la lumière de la non-dualité; Jean Bouchart d'Orval l'apporte dans son livre qui nous plonge dans les racines de la non dualité occidentale.

A lire après Eric Baret et Tony Parsons si l'on découvre la vision non dualiste.     


Flèche bas Flèche haut